ABUSAKIVI-BOUSSAC : Echange épistolaire France-Rwanda Octobre 2008

Digital StillCamera

Il est important de savoir, qu’en 2008, lors de la conférence internationale initiée par l’IGSC, The Interdisciplinary Genocide Studies Center ( Sonia Fournier, Kathy Carbone, Jean-Pierre Karegeye) , et la CNLG , Commission nationale de lutte contre le génocide ( Mucyo, Gouvernement du Rwanda ), en juillet 2008 à Kigali, j’ai rencontré Samuel Ufitimana Kinimaba, à l’Hotel Bloom. Samuel, alors agé de 25 ans, accepta spontanément de témoigner : il fut rescapé du génocide à 11 ans et orphelin depuis. Il a assumé le directorat d’un troupe de Théâtre & Danse nommé Abusakivi, à Kimironko, un quartier de Kigali, troupe exclusivement composée d’environ 97 enfants survivants du génocide. Son témoignage est d’ailleurs unique, puisqu’il fut, en compagnie de 3 autres adolescents, un des seuls à pouvoir échapper aux massacres du 13 et 14 mai 1994 à Bisesero en s’échappant encore de l’enclave encerclée alors par les milices, armée génocidaire et complices barbouzes français.

A l’issue de cette rencontre, nous décidâmes de faire correspondre les enfants d’Abusakivi avec des enfants de Boussac.

C’est le 4 Octobre 2008 que nous initiâmes une rencontre à Boussac, où messieurs Gauthier ( CPCR ) et Farnel donnèrent une double conférence, tandis que nous nous téléphonèrent , en présence du Maire de Boussac qui accepta ce jumelage-ligth et avant tout symbolique : les relations France-Rwanda étaient alors coupées, mais nous actèrent néanmoins, de surcroît avec le parrainage symbolique de Mme Simone Veil.

Vidéo :  4 Octobre 2008 Boussac ABUSAKIVI

 

Article de presse : Presse 4 octobre L'echo du Berry 9 octobre 2008